La citoyenneté européenne est une forme de citoyenneté qui s’agrège à la citoyenneté nationale de chaque pays membre de l’UE. Aussi, si tout citoyen national des pays de l’Union Européenne est tributaire de la citoyenneté européenne, il est néanmoins possible d’obtenir cette dernière par un autre moyen. Un moyen cependant décrié par la Commission Européenne, cette dernière ayant intenté des procédures légales à l’encontre des pays membres pratiquant le golden visa.

Mieux que le statut de résident : la citoyenneté européenne

Un golden visa est un moyen d’obtenir la citoyenneté européenne ainsi que tous les avantages lui incombant simplement en suivant une procédure relative aux investissements. Un investisseur étranger, en contrepartie de l’implantation économique dans certains pays de l’Union Européenne, peut se voir décerner un golden visa par ces pays particuliers.

Le premier pays à avoir appliqué cette politique était la Bulgarie en 2005. Aujourd’hui, les principaux acteurs de cette politique du golden visa sont la Chypre et Malte. Des pays vers lesquels se pressent de nombreux entrepreneurs et investisseurs étrangers cherchant à obtenir la citoyenneté européenne.

- Annonce Sponsorisée -pekka + rouler sans vrille

Il faut dire que cette citoyenneté toute particulière est l’une des plus prisées au monde. Celle-ci permet en effet de pouvoir circuler librement dans toute l’Union Européenne et profiter des avantages de chaque pays. Chypre et Malte, alors, ne sont qu’une porte d’entrée pour de nombreux investisseurs étrangers cherchant à s’implanter dans d’autres pays européens.

Lire aussi: Le pacte vert pour l’Europe

Des conditions très spécifiques pour obtenir la citoyenneté par investissement

Bien entendu, l’obtention de ce golden visa n’est pas que l’affaire d’un investissement dérisoire. Il faut en outre respecter tout un tas de conditions relatives à la résidence sur le territoire concerné par la mesure. Le golden visa, en effet, est un statut intermédiaire et juridiquement assez flou permettant d’obtenir la citoyenneté européenne sans pour autant accéder à la citoyenneté nationale d’aucun de ses pays.

Obtenir la citoyenneté par investissement en passant par Chypre, Malte ou d’autres pays de l’UE nécessite alors des investissements considérables se chiffrant parfois en millions selon les cas. Il s’agit donc d’un privilège accordé aux investisseurs les plus riches issus de pays tiers.

Le privilège, néanmoins, est conditionné. Cette citoyenneté européenne n’est finalement que relative puisqu’elle n’équivaut dans les faits qu’à un titre de séjour – renouvelable – de 90 jours dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne. Ce n’est qu’au terme d’une résidence de 5 ans sur le territoire que la citoyenneté européenne est alors pleinement accordée.

Payer pour obtenir la citoyenneté européenne

Cette citoyenneté européenne par investissement pose un problème déontologique aux institutions européennes. En effet, cette mesure ayant été initiée par différents pays membres, équivaut à vendre, voire à brader la citoyenneté européenne pour qui en a les moyens.

La citoyenneté, dans le principe, doit être accordée sur le mérite, à condition de partager certaines valeurs communes entre autres critères primordiaux. Pour cette raison, le golden visa pourrait bien finir par disparaître. C’est en tout cas ce que laisse entendre la Commission Européenne qui, alors, multiplie les recours à l’encontre des pays membres de l’UE pratiquant cette politique.