Hongrie  des européens appellent la Commission à agir pour défendre les droits des LGBTQIA+

Une loi jugée « homophobe » a été adoptée, le 15 juin dernier, en Hongrie, suscitant la colère de citoyens qui appellent la commission européenne à défendre les droits des LGBTQIA+. Des manifestations ont éclaté à Budapest ainsi que dans certains pays de l’Europe dont les Pays-Bas. Plusieurs chefs d’Etat ont déjà réagi à cette nouvelle loi qu’ils jugent comme « discriminatoire » et allant à « l’encontre des valeurs européennes ». Zoom sur la situation en Hongrie. 

Un grave bafouement des droits des LGBTQIA+ ? 

Pour les opposants à la loi votée par le gouvernement de Viktor Orban, il s’agit tout simplement d’une grave atteinte aux droits des LGBTQIA+. En effet, ils estiment que les autorités hongroises mènent une propagande faisant l’amalgame entre l’homosexualité et la pornographie. La ville de Munich en Allemagne a voulu afficher les couleurs arc-en-ciel au stade lors du match de l’Euro opposant la Hongrie à l’Allemagne, toutefois, l’UEFA a lui a refusé cette requête estimant que le football devait être tenu loin de la politique. Ceci n’a pas empêché plusieurs supporters de brandir le drapeau multicolore lors de la rencontre. 

Peter Szijjarto, ministre hongrois des affaires étrangères insiste sur le fait que cette nouvelle loi vise à la protection des mineurs et que la communauté LGBTQIA+ n’est aucunement visée. Un argument qui est bien loin de convaincre les quelques milliers de personnes ayant investi les rues européennes pour dénoncer cette nouvelle loi. 

Le ministre hongrois estime que cette loi ne vise aucunement l’orientation sexuelle des adultes et qu’elle stipule que l’éducation sexuelle des mineurs relève exclusivement de leurs parents. Toutefois, selon Clément Beaune, secrétaire d’Etat français aux affaires européennes, le communiqué du gouvernement hongrois indique que les parents doivent veiller à ce que des images pornographiques ou homosexuelles ne soient pas montrées à leurs enfants. C’est cet amalgame que considèrent les détracteurs de la nouvelle loi hongroise comme une grave atteinte aux droits des LGBTQIA+.

Lire aussi:  Euthanasie: où en sont les lois dans les différents pays d’Europe

17 dirigeants de l’UE appellent au respect des droits des LGBTQIA+ 

L’appel des européens semble avoir eu un écho favorable dans plusieurs pays. Dans une lettre commune largement diffusée sur les réseaux sociaux ce 24 juin, 17 membres de l’Union européenne, dont la France, ont appelé au respect des valeurs européennes, ce qui comprend le respect des droits LGBTQIA+. 

Les signataires de ladite lettre, sans mentionner la Hongrie, déplorent l’atteinte au principe de non-discrimination relative à l’orientation sexuelle et appellent les représentants des institutions de l’UE et le secrétaire général de l’ONU à réagir. Cette réaction attisera-t-elle la colère des européens ? Selon plusieurs observateurs, il est fort possible que des mouvements de protestation soient observés dans les prochains jours afin de forcer le gouvernement hongrois. 

Selon David Vig, directeur d’Amnesty International en Hongrie, cette nouvelle loi risque d’exposer davantage la communauté LGBTQIA+ à la discrimination, tout en déplorant le fait que l’environnement soit déjà très hostile. Il craint que l’adoption de cette nouvelle loi accentue la stigmatisation des homosexuels en Hongrie.