« Les grandes villes d’eau d’Europe », les plus réputées pour leurs activités thermales très tendance entre le début du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle, font désormais partie de la très convoitée liste du Patrimoine mondial de l’Unesco

Reconnaissance de la valeur universelle de ces villes par le patrimoine mondial

Des dossiers d’inscriptions ont été déposés par sept pays, chacun a sélectionné 11 villes. Celles qui ont été retenues sont : Les 3 villes d’Allemagne : Bad Ems, Baden-Baden, Bad Kissingen ; la ville de Baden bei Wienen Autriche ; en Belgique c’est la ville de Spa ; la ville de Vichy pour la France ; En Italie c’est la ville de Montecatini Terme ; la ville de Bath au Royaume-Uni ; en République Tchèque ce sont les trois villes Franzensbad, Karlovy Vary, Marienbad.

Bien que ces villes soient différentes et appartiennent à des pays différents aussi, elles se sont toutes développées autour du même thème qui est les sources d’eau minérale. Ces dernières sont le point de départ d’une organisation centrée sur les fonctions thérapeutiques et les bienfaits des eaux thermales. Ce fut donc une sorte d’évidence que le comité du Patrimoine mondial reconnaisse la valeur universelle de ces villes. Ces villes ont gagné leur renommée grâce à ces “eaux” et pour satisfaire les visiteurs les plus exigeants un ensemble de sentiers, parcs, salle de concert et théâtres complètent l’activité thérapeutique.

Lire aussi : Les 5 plus beaux hôtels d’Europe 

vienne patrimoine mondial

Vienne – crédit photo hbieser

Patrimoine mondial de l’UNESCO

Le patrimoine mondial de l’UNESCO est un ensemble de biens naturels et culturels qui présentent un intérêt unique et exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité. Ces grandes villes thermales d’Europe constituent un site transfrontalier avec onze stations thermales qui sont le témoignage unique du phénomène thermal européen. Les propriétés curatives des eaux thermales sont connues depuis l’Antiquité, mais n’atteignent leur apogée qu’à partir des années 1700 jusqu’aux années 1930.

Le premier attrait d’un classement au patrimoine mondial est évidemment économique. Le nombre de touristes dans les villes bénéficiant de la liste du patrimoine mondial a augmenté. En Chine, une fabrique de soie a accueilli 200 % des touristes la deuxième année suivant son inscription. Ensuite, le site a été protégé par l’UNESCO. Plus précisément, l’agence décide des normes à respecter. Ainsi, si l’autorité publique juge le projet « incompatible » avec le site, la commission peut décider de classer le site comme « à risque ».

Prenons l’exemple du centre historique de Vienne. L’UNESCO a stipulé que les bâtiments du centre de la capitale ne devraient pas dépasser 43 mètres. En raison d’un projet de tour résidentielle de luxe de 66 mètres, le site est désormais classé « à risque. »

Les villes sélectionnées ont contribué à la construction de la culture et de la société sous l’influence des pays européens et ont propagé la tradition européenne des sources chaudes dans d’autres parties du monde. Point de départ du thermalisme, ils ont touché d’autres types de sites de traitement tels que les stations climatiques ou les stations balnéaires, et ont permis l’émergence et le développement du tourisme.